Sœurs de
Saint François d'Assise

Actualités

La semaine franciscaine des familles au Chalet de frère Soleil

Imaginez un groupe de 29 personnes, de 7 à 80 ans qui ne se connaissent pas vraiment et qui décident de partir une semaine ensemble dans les Alpes pour vivre en famille une expérience de fraternité. Nous étions 13 enfants de 7 à 16 ans, dont une majorité de 10-12 ans, et 19 adultes, parents en couple ou parents solo avec leurs enfants, grands-parents, avec ou sans leurs petits-enfants. Pendant une semaine, nous avons vécu ensemble dans ce grand chalet aux portes du Parc des Écrins, chaque jour (quand il n’a pas plu) nous sommes partis en randonnée.

Le Cantique de Frère Soleil a rythmé nos jours et notre semaine. Nous avons découvert ou redécouvert les éléments de la Création : nous avons admiré le soleil, la lune et les étoiles ; nous avons senti le vent et le souffle et l’air sur notre peau et en nous ; nous avons gouté l’eau, froide, fraiche, tempérée, chaude ; nous avons admiré les montagnes et les glaciers, senti les fleurs, goûté certaines plantes sauvages, écouté les oiseaux, les marmottes qui sifflent (et nous les avons vues aussi), mis nos mains dans l’eau glacée des cascades. Nous avons tous, du plus petit au plus grand, pris conscience de notre place dans la Création, et nous y avons vu le reflet du Créateur.

Mais vivre ensemble à 30 sous un même toit, dans les dortoirs, pendant une semaine n’a pas été évident tout le temps. Le chalet est spacieux mais sonore, les rythmes de vie des uns et des autres ne sont pas les mêmes, les habitudes non plus, ni les méthodes éducatives des parents. Il nous a été donné d’expérimenté la fraternité entre les générations, la simplicité du vivre-ensemble, mais aussi le pardon en famille.

Chacun a pu s’exclamer, selon son chemin de foi « Loué sois tu mon Seigneur, avec toutes tes créatures ».

Sr Pascale Bonef

Mais vivre ensemble à 30 sous un même toit, dans les dortoirs, pendant une semaine n’a pas été évident tout le temps. Le chalet est spacieux mais sonore, les rythmes de vie des uns et des autres ne sont pas les mêmes, les habitudes non plus, ni les méthodes éducatives des parents. Il nous a été donné d’expérimenter la fraternité entre les générations, la simplicité du vivre-ensemble, mais aussi le pardon en famille.